Un baromètre sur le tabac et la e-cigarette en Europe

En février dernier, l’Institut National de Prévention et d’Éducation pour la Santé (Inpes) présentait les résultats de son baromètre santé pour l’année 2014 concernant l’évolution du tabagisme et de la cigarette électronique. Si ce travail se limitait au territoire français, la commission européenne a publié, la veille de la Journée mondiale sans tabac, le dimanche 31 mai, une enquête Eurobaromètre sur l’attitude des Européens à l’égard du tabac mais aussi de la cigarette électronique. Le dernier rapport de ce genre datait de 2012, la mise en perspective est donc intéressante.

177419393Cette enquête est le fruit d’entretiens menés en face à face auprès de 28000 personnes d’horizons sociaux et démographiques variés. Elle a été réalisée dans les 28 États membres de l’UE à la fin de l’année 2014. À ce sujet, il est important d’avoir à l’esprit que la législation à l’égard de la cigarette électronique et du tabac varie selon les pays.  À titre d’exemple, la e-cigarette est considérée dans certains pays comme un moyen de sevrage tabagique qu’on ne peut se procurer que sur Internet ou en pharmacie.

Le tabac recule, la e-cigarette peine à séduire

Les quelques 200 pages regorgent de statistiques sur le rapport entre les Européens et leur consommation du tabac. Un des chiffres marquants est la légère réduction de la consommation de tabac. En 2014, il y avait 26% de fumeurs réguliers contre 28% en 2012. Cette baisse est encore un peu plus marquée chez les jeunes âgés de 15 à 24 ans (25% contre 29% en 2012). L’étude révèle également que les pays du sud de l’Union Européenne sont les plus consommateurs de tabac. À l’inverse, ceux du nord sont ceux dont les habitants ont le plus essayé d’arrêter. À ce sujet, 59% des fumeurs ont essayé d’arrêter de fumer et 20% d’entre eux ont réussi.

17678621465% des personnes ayant essayé d’arrêter de fumer l’ont fait sans aucune assistance. 10% ont essayé par le biais de la cigarette électronique. Les données sur la e-cigarette sont assez intéressantes et traduisent une augmentation de l’utilisation de ce procédé. En 2012, 7% des Européens l’avaient testé, contre 12% en 2014. Ils étaient environ 1% à l’utiliser contre 2% l’année dernière. Le scepticisme semble pourtant corrélé à cette augmentation. En effet, 52% des Européens estime que la cigarette électronique est nocive, soit près du double par rapport à 2012. Une image négative qui s’explique sans doute par le manque de recul sur un produit relativement récent mais surtout par des informations pas toujours cohérentes à son sujet. Quoi qu’il en soit, ce chiffre traduit tout le chemin qui reste à parcourir au monde de la vape pour davantage de reconnaissance.

Retrouvez le résumé en infographie de l’étude.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Laurence dit :

    Il est étonnant que vous ne repreniez pas le chiffre qui paraît le plus encourageant dans cet eurobaromètre 2015. Il s’agit du nombre de fumeurs européens qui ont arrêté le tabac grâce à la cigarette électronique : 6 millions, soit 14% d’entre eux. Cela représente la moité des fumeurs français et l’ensemble des décès prématurés dû au tabac chaque année dans le monde… Vous voyez que la e-cigarette réussit à séduire ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *