En Belgique, la cigarette électronique est en danger

Le 3 mars 2016 le roi belge a signé un arrêté royal transposant l’article 20 de la directive européenne. Si le contexte de ces dernières semaines pouvait laisser imaginer un tel épilogue, les conséquences risquent d’être dramatiques pour tous celles et ceux qui avaient fait de la cigarette électronique leur allié le plus efficace dans la lutte contre le tabagisme. C’est aussi tout un tissu de petites entreprises qui risque d’être balayé au profit de la grande industrie du tabac.

Pourquoi interdire un moyen reconnu efficace ?

Drapeau EuropéenL’histoire tumultueuse entre la e-cigarette et la Belgique avait pourtant connue en octobre dernier une belle éclaircie. A l’époque le Conseil Supérieur de la Santé belge avait publié un rapport qui offrait une toute nouvelle légitimité à cet outil. L’arrêté qui vient d’être signé annihile tous les espoirs qui avaient pu naître et promulgue les dispositions de la directive européenne sur les produits du tabac.

L’arrêté interdit par exemple la vente et l’achat en ligne. Les Belges risquent donc d’avoir de grandes difficultés à se procurer leur e-cigarette et à se réapprovisionner. Déjà, des boutiques en ligne belges sont forcées d’écouler au plus vite leurs stocks.

La place est faite pour l’industrie du tabac

Une autre restriction va avoir de grande répercussion sur la cigarette électronique. Dorénavant, le fabricant devra payer la somme de 4.000€ pour tout nouveau produit, e-liquides inclus. L’ensemble de ces mesures vont avoir pour conséquence de rendre quasiment inaccessible le marché de la e-cigarette et donc de le restreindre à ceux qui ont déjà les moyens : les industriels du tabac. Les professionnels indépendants qui s’évertuaient à diffuser du matériel efficace risquent tout simplement de disparaître face à ces nouvelles charges. La diversité des produits va s’appauvrir et se restreindre aux modèles proposés par les grandes entreprises du tabac dont l’intérêt profond n’est évidemment pas que les gens arrêtent de fumer.Femme vapotant

Face à ces évolutions liberticides et scandaleusement orientées en faveur des plus puissants et de ceux qui tuent, il faudra une forte mobilisation pour inverser la tendance, et offrir à ceux qui le souhaitent, la possibilité de sortir du tabagisme. C’est aujourd’hui la Belgique, mais nul doute que d’autres gouvernements suivront les préconisations de l’Union Européenne. Les acteurs de la vape sont évidemment pour une réglementation mais elle doit être juste et dans l’intérêt premier du consommateur.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. mai 2, 2016

    […] 3 mars dernier le roi belge signait un arrêté qui visait à transposer l’article 20 de la directive européenne, et par ce geste, la fin de la vape en Belgique. Cette décision condamnait aussi bien les […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *