Tabac: substances nocives, méfaits et maladies

Difficile de résumer en quelques lignes les méfaits du tabac sur notre organisme. En France, plus de 70.000 personnes meurent chaque année d’une maladie liée à sa consommation. Cela représente un décès sur neuf et en fait la première cause de mortalité évitable. Les spécialistes estiment, qu’en moyenne, un fumeur régulier sur deux décède prématurément à cause du tabagisme. Ses effets se développent sournoisement sur la plupart des organes, mois après mois, années après années…

La combustion, à l’origine de la nocivité du tabac

La cigarette de tabac contient ne nombreuse substances nocives (on parle couramment de près de 4000 substances nocives).

La combustion du tabac

La combustion du tabac

C’est la combustion qui est à l’origine des méfaits du tabac.

Les principales substances à l’origine des décès liés au tabac sont:

  • Le goudron, responsable de cancers, notamment le cancer du poumon.
  • Le monoxyde de carbone, issue de la combustion incomplète du tabac, à l’origine des infarctus.
  • Les particules fines, à l’origine de maladies respiratoires.

Lien vers l’article Wikipedia sur la cigarette

Les risques sont multiples

Le tabac est le premier facteur de risque du cancer. Un sur trois lui est imputable. Le plus courant est celui du poumon mais ce n’est pas le seul. La fumée et les produits cancérigènes émanant de la combustion se déposent dans bons nombres d’organes.  Les fumeurs peuvent donc contracter des cancers de la gorge, de la langue, des voies digestives, de la vessie…

Le cancer n’est évidemment pas le seul risque. Le tabagisme est à l’origine de nombreuses maladies cardio-vasculaires. En obstruant partiellement ou parfois totalement les artères, la cigarette serait responsable de près d’un quart des décès liés à ces maladies. Là aussi la liste est longue : infarctus du myocarde, hypertension artérielle, artérite des membres inférieurs, accident vasculaire, problème d’impuissance…

Autres effets secondaires

Les particules fines à l'origine de maladies réspiratoires

Les particules fines à l’origine de maladies réspiratoires

De part son pouvoir irritant, le tabac amplifie les réactions allergiques et augmente donc les risques de rhinite et de conjonctivite allergique.  Il favorise aussi les infections ORL du nez, de la gorge, des oreilles. Le goudron issue de la fumée de cigarette endommage les voies respiratoires et peut être la cause de bronchite chronique ou d’asthme.

La consommation de tabac pose au fil du temps sa marque sur le corps humain à travers le jaunissement des dents, une haleine désagréable, un teint de peau plus sombre, l’apparition de rides… Un site internet finlandais à souhaité illustrer ces effets pour une campagne anti-tabac. Le résultat est évidemment impressionnant.

Une seule solution, l’arrêt du tabac

Cette liste, non exhaustive, sonne comme une piqûre de rappel. Le seul facteur de prévention efficace contre les méfaits du tabagisme est l’arrêt du tabac. L’utilisation de substituts nicotiniques tels les patchs et/ou le suivi par un médecins et plus récemment la cigarette électronique peuvent être des alliés de poids dans cet objectif.

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. juin 16, 2014

    […] elle constitue une pollution et un danger. En effet la fumée du tabac est composée de plus de 4000 substances chimiques et notamment de produits toxiques tels que le monoxyde de carbone. Ce constat à conduit, en 2006, les autorités à légiférer pour interdire de fumer dans les […]

  2. juillet 10, 2014

    […] XIXème siècle, il connait un certain essor au début des années 70 avec la mise en évidence des risques liés au tabagisme classique. Cependant il peine aujourd’hui à s’imposer comme une alternative […]

  3. juillet 15, 2014

    […] solide créée lors d’une combustion. C’est la combustion du tabac qui est à l’origine de sa dangerosité, de par la création de monoxyde de carbone, de goudron et de particules fines. (Lien vers […]

  4. janvier 12, 2015

    […] « ce produit n’est pas dangereux ». Il justifie ces propos en expliquant que tous les poisons issus de la combustion du tabac ont été éliminés : le monoxyde de carbone qui provoque les infarctus, le goudron responsable […]

  5. mars 17, 2015

    […] Dans son communiqué, l’Académie commence par dresser une liste de constats avec lesquels il est difficile d’être en désaccord. Elle place la lutte contre le tabagisme comme une priorité nationale de santé publique, le qualifiant au passage de fléau à l’origine de 73000 décès par an. Elle poursuit en reconnaissant la cigarette électronique comme un moyen important pour la minimisation des risques de part le fait que l’apport de nicotine se fait sans combustion de feuille de tabac. Cela épargne ainsi les risques liés à l’inhalation de nombreux produits toxiques. […]

  6. mai 11, 2015

    […] qu’il en soit, et pour ceux que les autres dangers du tabagisme n’avaient pas convaincu, l’augmentation du risque de tentative de suicide pourrait […]

  7. août 21, 2015

    […] contenir de la nicotine (Produit addictif mais non cancérigène) mais elle ne contient pas les substances dangereuses du tabac telles que le goudron et l’arsenic et ne créée pas de monoxyde de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *