Hon Lik, inventeur de la cigarette électronique

Hon Lik: ingénieur pharmacien devenu entrepreneur

En pleine révolution culturelle en Chine, Hon Lik est envoyé en rééducation par Mao dans les champs de tabac à Xifeng. Il a alors 18 ans. A cette époque, une très large partie de la population fume abondement, jusqu’à deux paquets par jour. Cette forte consommation de tabac n’est évidemment pas sans conséquences sur la santé et beaucoup souffrent de difficultés respiratoires.

Lui-même fumeur, Hon Lik se retrouve incapable d’arrêter tout seul. Entré dans un laboratoire à sa sortie de l’université, il commence alors à réfléchir sur comment reproduire les effets de la nicotine sans que la fumée inhalée soit nocive. L’idée lui tient d’autant plus à cœur que son père, grand fumeur, souffre de graves problèmes respiratoires. Il décédera d’ailleurs en 2005 d’un cancer du poumon.

Des débuts compliqués

Au cours de l’année 2001, Hon Lik réunit dans son laboratoire une équipe restreinte chargée de travailler sur son projet. Deux ans plus tard, il dépose le premier brevet pour la e-cigarette en Chine. Il lance alors sa marque Ruyan (littéralement, « comme une cigarette »).

Les débuts sont compliqués car les partenaires sont difficiles à convaincre. Les groupes pharmaceutiques possèdent déjà leurs propres méthodes de sevrage et les géants du tabac  le considèrent comme un concurrent et refusent de le soutenir.

Malgré cela, l’idée se développe. le brevet de Hon Lik est copié en grand nombre par des fabricants du sud de la Chine. Les poursuites en justice de certains resteront sans grands effets. Son salut viendra finalement par l’essor du marché de la e-cigarette aux Etats-Unis et en Europe.

Rachat par British Imperial Tobacco

En septembre 2013, British Imperial Tobacco, numéro deux de la cigarette en Europe, rachète l’ensemble des brevets pour 75 millions de dollards. Hon Lik dit se satisfaire de voir que la cigarette électronique peut « changer les habitudes des fumeurs du monde entier » en permettant d’ « apaiser la douleur causée par l’arrêt de la cigarette ». Il travaille aujourd’hui à Pekin, mégalopole profondément touchée par la pollution, sur l’idée d’un purificateur d’air d’un nouveau genre.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. février 12, 2015

    […] resté de marbre. C’est lui déjà qui avait racheté en 2013 l’ensemble des brevets de Hon Lik, l’inventeur chinois de la cigarette électronique. Le géant du tabac s’aventure cette fois directement sur le marché avec un produit qui sera […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *