Invention et essor de la e-cigarette

1963 : Herbert A. Gilbert, ingénieur Américain, invente un dispositif capable de produire de l’air chauffé et  aromatisé. Il s’agit du premier dispositif breveté permettant de simuler la consommation de tabac. Ce système ne fut jamais commercialisé

2003 : Invention de la cigarette électronique moderne par Hon Lik, pharmacien chinois. Le système chauffe un liquide par ultrason, dont la vapeur sera inhalée. Hon Lik est confronté aux attaques des industriels du tabac, à la méfiance des autorités chinoises et au désintérêt de l’industrie pharmaceutique pour son produit.

2006 :    Les premières cigarettes électroniques sont commercialisées en Europe et aux Etats-Unis.

2008 : David Yunqiang Xiu brevette un système de vaporisation par résistance chauffante appelé ENDS « Electronic Nicotine Delivery System ». Le liquide chauffé par une résistance s’évapore à une température avoisinant les 60°C. Ce système a été adopté par la quasi-totalité des fabricants de cigarettes électroniques.

2009 : Le premier magasin spécialisé dans la vente de cigarettes électroniques ouvre en France, à Caen.

2011 marque un tournant avec l’apparition de cigarettes électroniques de plus en plus fiables et simples à utiliser. La consommation de cigarettes électroniques connaît alors une croissance fulgurante.  L’industrie du tabac commence à investir dans la cigarette électronique, notamment aux Etats-Unis avec des e-cigarettes jetables dites « look-alike », c’est-à-dire ressemblant à de vraies cigarettes de tabac.

2012: Face au succès de la cigarette électronique, les gouvernements Européens commencent à se positionner. Il existe toutefois  des différences notables entre pays de L’union Européenne.  En Belgique, par exemple, les e-liquides contenant de la nicotine  sont considérés comme des médicaments et nécessitent une autorisation de mise sur le marché.

2013 : Les autorités Européennes veulent légiférer sur la cigarette électronique. En octobre 2013, la cigarette électronique échappe de justesse à une classification comme médicament, ce qui aurait eu pour conséquence de limiter sa commercialisation aux pharmacies.

Certains députés évoquent la pression importante des lobbies du tabac et de l’industrie pharmaceutique au sein du parlement Européen dans les discussions concernant l’e-cigarette.

L’industrie du tabac enregistre une baisse importante des ventes de cigarettes dans certains pays comme la France (-7,6% en 2013 selon l’OFDT). Les acteurs majeurs du tabac commencent à investir massivement dans les alternatives à la cigarette de tabac.

2014 : Le parlement Européen inclue la cigarette électronique dans la directive sur les produits du tabac. Les flacons d’e-liquides seront limités à 10 ml, les cartouches ne pourront pas excéder 2 ml, le taux de nicotine sera limité à 20 mg/ml, … Les défenseurs de la cigarette électronique jugent cette directive contre productive car elle freine l’accès des fumeurs à la cigarette électronique, reconnu comme largement moins nocive que la cigarette de tabac

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *