Rapport du Haut Conseil de la Santé Publique sur la e-cigarette

Le Haut conseil de la santé publique aide le ministre de la santé en réalisant des rapports et en émettant des recommandations. Cette instance a mis en ligne un rapport sur la cigarette électronique basé sur une analyse de la littérature du rapport bénéfice-risques de la consommation de cigarettes électroniques et des possibles conséquences. Lien vers l’article wikipedia du haut conseil de la santé publique

Analyse

  • Pour les fumeurs, la cigarette électronique est un outil de réduction des risques
  • Pour les non-fumeurs, une porte d’entrée vers la dépendance à la nicotine et le détournement vers le tabac (surtout pour les jeunes)
  • Pour les vapo-fumeurs, le manque de données à ce jour ne permet pas d’émettre de recommandations.

Les mises en garde et recommandations

Les deux grandes problématiques évoquées dans ce rapport sont le phénomène de re-normalisation du tabac et le détournement des adolescents vers le tabac.

Le Haut Conseil de la Santé Publique recommande :

  • Une observation périodique de la consommation de cigarettes électronique
  • D’informer le public sur les risques ou la méconnaissance des risques
  • Un contrôle de la concentration de nicotine
  • Des mesures pour contrer la re-normalisation du tabac

Un rapport en demi-teinte ?

Tout d’abord, notons que le rapport évoque la cigarette électronique comme un moyen de réduction des risques pour le fumeur.  Or c’est l’essence même de la cigarette électronique.

La problématique de la re-normalisation du tabac et du détournement des jeunes vers le tabac est légitime mais les méthodes qui seront utilisées afin d’y remédier ne seront-elles pas en définitive contre-productives ? Lire l’article du 02 Juin 2014 sur l’intervention du Dr. Presles sur I>TELE à propos de l’interdiction de vapoter dans les lieux publics.

Un article dans le figaro parut le 02 juin 2014 évoque une problématique de fond sur le rôle de l’état dans la société à travers le débat sur la cigarette électronique. « Si le citoyen est réputé assez mature pour voter sur des stratégies collectives complexes, comment prétendre que l’individu soit incapable de déterminer son propre intérêt ? »

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *